So aɗa namnɗo, namnɗo gannɗo. So a wuuri, namnɗo. So a namndiima, majjata

,

Le Fantang, hymne des pasteurs peuls

Le Fantang, parfois orthographié Fantaŋ est un style poétique et musical très populaire au Fouta-Tooro, dans le Jolof et le Ferlo. Il est joué par les wammbaaɓe et les maabuɓe avec un accompagnement au hoddu (luth à 4/5 cordes) selon un air rapidement reconnaissable pour tout initié.

Selon Tène Youssouf Gueye : ”Le Fantaŋ est d’abord l’air dédié au pasteur, à la vache par l’intermédiaire de Ilo Yaladi Diadié (ancêtre mythique des Fulɓe représentant l’idéal du pasteur) […] les pasteurs peuls liés à leurs troupeaux par une “boomanie” que le permanent tête à tête avec la solitude sylvestre transforme parfois en “boolatrie”. On comprend ici que le Fantaŋ fait l’éloge des bovidés et de la vie pastorale, il accompagne les Fulɓe dans leurs longues transhumances à la recherche de pâturages pour leur bétail mais est également un moyen de transmettre un ensemble de valeurs qu’un vrai pullo doit avoir.

Constitué de longs passages généalogiques, et de descriptions très détaillées de tout élément pouvant être magnifié (une belle femme, une belle génisse, un beau paysage…) il est la fierté des clans peuls tels que les Yaalalɓe à qui les griots attribuent la phrase (jaalalo mo lummbaani liige wasaani mabbaare / le jaalalo qui n’a jamais traversé (le champs de) coton mais qui a quand même de quoi se vêtir), cette maxime nous apporte un élément supplémentaire sur le  Fantaŋ qui est également une musique guerrière et évoque les razzias / contre-razzias (ruggooji) pour récupérer le bétail volé ou le ravir à ses ennemis.

A l’origine, le Fantaŋ était chanté par les femmes peules à différentes occasions, lorsque les hommes à la recherche de leur bétail volé se préparaient au combat, il arrivait qu’un groupe de femme chante pour un fils, un mari ou un frère, ces chants de femmes donnèrent naissance au  Fantaŋ. Il est depuis la propriété exclusive de deux catégories de griots cités précédemment. Le récit par excellence de ce style est l’épopée de Amadou Sampolel (Samba Polel) et de Goumalo Samba Jam Jaalalo, deux héros du Ferlo, cousins en concurrence qui se sont violemment affrontés pour les yeux de la belle Egga Farisabo (Aamadu Sammba Poolel e Gumalo Sammba Jam jaalalo, anndu ko ɓe denɗiraaɓe, renndinii ɓe ko debbo biyeteeɗo Egga Farisabo / Amadou Sampolel et Goumalo, sache qu’ils sont cousins, ce qui les a brouillé c’est une femme nommée Egga Farisabo). Dans cette épopée (daarol), le bammbaaɗo de Amadou Sampolel joue un rôle prépondérant, comparable aux griots de héros d’épopées tels que Sewi Malal Layan, griot de Samba Gelaajo Jeegi, ou  Galo Segene Maabo, griot de Boubou Ardo Galo du Macina. L’épopée de Amadou Sampolel et de Goumalo fut en grande partie popularisée par le bammbaaɗo Samba Demba Diadié Bah, grand interprète de Fantaŋ. 

Aujourd’hui, ce style est présent dans les célébrations de mariages, les baptêmes ou d’autres rassemblements festifs. Air dédié aux pasteurs peuls, il est chanté pour tous les Fulɓe, qu’ils soient sédentaires ou non.

Voyons ensemble quelques vers de Fantaŋ récité par le maabo Silèye Dia tirés du livre de Siré Mamadou Ndongo et identifions les principaux thèmes évoqués.

LES VACHES

Les vers suivant évoquent la beauté des bovidés et leur utilité pour les Fulɓe

Ɗoo woni jege Sammba ñaamaa yaraa

Cet air s’intitule Diégué Samba-qui-n’a-ni-mangé-ni-bu

yeewti aynaaɓe e nder na’i

compagnon des bergers au milieu des troupeaux

Ko ɗo woni ɓokki na’i

Cet air a pour nom fanons des vaches

tallalɗi dimaaɗi

brides des pur-sang!

Ɗoo woni neene am ƴettam

Cet air s’appelle “mère soulève-moi”

Baaba am towam

Père, porte-moi sur tes épaules!

[…]

Ɗi kine kecce

Les vaches aux naseaux humides

Ɗi gallaaɗi joorɗi

aux cornes sèches

Ɗi ngalaa jawe

Elles n’ont pas de bracelets

Ɗi ngalaa lammbe,

ni de colliers d’ambre

ɗo ɗi mbaali foo mbeefeegu ñalla waala

Partout où elles passent (de jour ou de nuit) se crée un spectacle

Cayeeji jemma, buunnaaji wenndoogo!

Noires la nuit, grises au lever du jour

Pooli aljanna malaaɗi njuurotaako so wonaa ɗo jam woni

tourterelles bienheureuses du Paradis, ne se posent que dans endroits bénis!

Tammbiiɗi kiirimmeeje 

Elles supportent le bois garnissant les tombes

ɗi ngacci jikke

Elles nourrissent l’espoir

ɗi mbelee nukureeji

Elles sont agréables au bât!

So pullo wii’ii yiɗaa na’i 

Si un Peul déclare ne pas les aimer

woni ko e fuuntude yimɓe

ce n’est que tromperie

woni ko e yillaade

(car) il est en train d’en chercher

[…]

Na’i nguura ɓiree ñaamee

vivantes, on les trait, on en consomme le lait

na’i mbaata kirsee ñaamee

mortes, on en consomme la viande

[…]

Holgooji ɗi ne kaɗa deedi muusooji

Les lunules de leurs sabots sont un remède contre le maux de ventre

laaceeje ɗe ɓoree mbaɗee dahaaji

les poils de leur queue servent dans les préparation des encriers (dahaa, encre utilisée sur les planchettes coraniques)

sagataaɓe mbinndanee njara

on fabrique des élixirs, des hommes valides les boivent

mbinndanee lootoo mbakkoo

on fabrique des amulettes, des hommes valides les portent

(La vache comme source de richesse)

Ndesaa mo njiɗɗaa ko e na’i

Épouse qui tu aimes, les bovidés le permettent

Kaɗaa mo ngañɗaa ko e na’i

prive qui tu veux, les bovidés le permettent

Makka jaawɗo ko e na’i

Va à la Mecque sans attendre, les bovidés le permettent

ceeraa mo ngañɗaa ko e na’i 

Divorce d’avec qui te rebute, les bovidés le permettent

ndokkaa mo njiɗɗaa ko e na’i

donne à qui tu veux, les bovidés le permettent

ILO YALADI DIADIE, l’ANCÊTRE

Ces vers évoquent la figure mythique de Ilo Yaladi Diadié sous la forme d’un dialogue fictif avec son fils Hammadi. Au-delà des enseignements, il permet de lier les Fulɓe à une origine commune, comme le dit le bammbaaɗo Samba Demba Diadié Bah :”ɓeeɗo fof ko Ilo Yalaaɗi Jaaƴe Saŋre Boɗeewal Makaama iwii, ko ɗo addani jettooɗe Fulɓe, ɓee njettaama Bah, ɓee njettaama Jallo, ɓee njettaama Soh, ɓee njettaama Jaw, ɓee njettaama Bari, ɓee njettaama Deh, ɓee njettaama Dem, ɓee njettaama Sal, ɓee njettaama Jah” (Tous (les Peuls) viennent de Ilo Yaladi Diadié, ce qui amené les patronymes des peuls : certains se nomment Ba, d’autres se nomment Diallo, Sow, Diao/Diaw, Barry, Deh, Dem, Sall, Dia…”

Ilo Yalaaɗi Jaaƴe Saadiga Saŋre Boɗeewal Makaama

Kanko yelaa e Yelo-Yelo

Fût conçu à Yélo-Yélo

o dañaa e Dañi-Dañi

et vit le jour à Danyi-Danyi

o jibinaa e Seede Jeeje,

à l’ombre du grand jujubier, séjour d’été de Diadié

o maayii wammbaaɓe maabuɓe Suudu Paate njawaaki mo

et mourut en conservant l’attachement des griots-guitaristes et des maboubé

O wi’ii : labbo dikko, sammba pullo, bammbaaɗo Demmba

Le Labbo [le boisselier] est l’ainé, Sammba le Peul (pasteur), Demmba le griot guitariste

[Cela fait référence aux trois premières castes de la société peule, selon les traditions orales il s’agirait de trois frères que la spécialisation professionnelle aurait séparé tout en maintenant entre eux des relations de dépendance. Le film documentaire Fantang les trois frères en parle en détail.]

Kanko Ilo Yalaaɗi Jaaƴe Saadiga

o meeɗii wiide

Ilo Yaladi Diadié Sadiga

dit un jour :

“Hammadi am janngu na’i!”

Hammadi mon fils étudie les vaches!

O wii : “baaboy am miin de mi janngataa na’i, mi annndaa ko woni e nder na’i”

il répondit : “père, je n’étudierai jamais les vaches, je ne connais pas le secret qu’elles renferment.”

[…]

ɗoon dee o wii :”Hammadi am”!

Il lui dit: “Hammadi mon fils”

O wii :” naam baaboy am!”

Il répondit “oui mon père”

O wii : “ala ko woppeete e na’i, gelooɗi Ilo Yalaaɗi Jaaƴe Saadiga Saŋre goonyolli mbille kooyno

Le père dit: “rien n’est à laisser dans les vaches, chamelles de Ilo Yaladi Diadié, aux flancs dressés quand on les exhorte

kartee njaanyo

elles s’entêtent quand on veut les faire partir !

Nous remarquons que le récit revient à l’éloge des vaches et de leur utilité, thème central du Fantang.

LA GUERRE ET LA MORT

Le Fantaŋ évoque également en détail les combats/razzias, la bravoure des hommes peuls et leur crainte de l’humilation, ici les vaches et les chevaux sont souvent associés au champ lexical de la mort.

Saatu nde sagataaɓe nawii na’i

lorsque des hommes valides ont razzié les vaches

sagataaɓe ngabbii

et que d’autres sont partis à leur poursuite

taƴii arahmaane e nder na’i 

l’irréparable se produit au sein des troupeaux

kure ngukka nguufaa

les balles ont été apprêtées

baaɗi tanngilaa

les lances brandies,

pittaali kalfinaa qul huwa Allahu

les armes confiées à la sourate :”Dis: il est Dieu l’Unique”

[…]

Guri ɗi keefe mbaɗee teefeji

Leurs peaux tannées servent de housses

pawee gay dimaaɗi 

Posées sur des étalons pur-sang

jabboli gulli gaawooji genaale,

Qui creusent des sillons, les parsèment de morts,

nawooji cakaaɗe,

emportent les pioches

tammbiiɗi kiirimeeje,

et portent les garnitures tombales

nawooji wuurɓe,

étalons qui emmènent des hommes en vie

ngartira maayɓe

mais ramènent des cadavres

kaara mbakka taƴa ɓoggi,

l’étalon est l’animal, repu il regimbe et brise ses attaches

keyɗa njenna joomm en!

Affamé, il blâme son maître

Beede njaawri yawaare

l’étalon lave rapidement l’affront

Hakkunde pullo e banndum

Entre le Peul et son congénère

sabi ɗi noddata tan ko jokolɓe

car le coursier ne réclame qu’homme élégant

suusɓe tawa ko harbiyankooɓe

téméraire et bon cavalier

ɓokkotooɓe buubi

celui qui évite les mouches

ɓe ɓokkotaako gaawe,

mais n’évite pas les lances

hulɓe gacce

Celui qui redoute l’humiliation

nde cuusi saati!

mais ne craint pas la mort

[…]

gallaaɗi ɗii keefe,

on polit les cornes

mbaɗee conndi puutiri

pour les transformer en poudre

sagataaɓe paɗɗoo ngabbo way

les braves enfilent leurs chaussures et vont à la rescousse

saatu nde sagataaɓe nawii na’i

Lorsque des hommes valides ont razzié le bétail

sagataaɓe ngabbii

et que d’autres se sont lancés à leur poursuite,

taƴi arahmaani nder na’i 

ils produisent l’irréparable au sein des troupeaux

O wii :”ko rawanta e gulli na’i koo

la bande blanche du bas-ventre des bovins

ko kasankaaji yummum sagataaɓe

n’est autre que le linceul des mères des pieux

worɓe fulɓe ɓee ndaroo ɓe timpoo

debout, les hommes peuls lancent leurs javelots

ɓe njooɗo ɓe pella,

assis, ils décochent des tirs

ɓe ndiccoo ɓe timpoo

agenouillés, ils lancent leurs javelots

ɓe pelle ɓe moosa

ils décochent leurs tirs le sourire aux lèvres

ɓe kartaaji bagiiji

ils portent des chemises en étoffe

ɓe tuubaaji sarleeji 

ils portent des pantalon amples

ɓe taggaaji juuɗɗi 

ils ont des longues écharpes

paandorteeɗi naange,

qui les protège du soleil

ɗi paandortaake gaawe!

et non des jets de lance!

[…]

O wii ko seeɓata e gallaaɗi na’i ko,

cañcorɗi yummum sagataaɓe

les bouts pointus de leurs cornes (les vaches)

servent à défaire les tresses des mères de pieux

Finissons sur ce qu’est le Fantaŋm selon ses chantres :

Ko ɗoo woni jege Sammba  ñaamaa yaraa

Cet air a pour nom Samba-qui-n’a-ni-mangé-ni-bu

ndiiwoori na’i caakoori aynaaɓe,

il disperse les vaches, éparpille les bergers

nafooji pullo, lorlooji bellello,

Bovidé servent au Peul et n’épargnent point le démuni

keewɗi welammaaji

source de plaisirs

mettuɗi reende,

mais difficile à garder,

ko na’i dee timminta pulaagu!

Sache que c’est la vache qui confère au Peul son statut.

BIBLIOGRAPHIE

  • Abdoul Aziz Sow, La poésie orale peule (Mauritanie-Sénégal), Editions l’Harmattan
  • Siré Mamadou Ndongo, Le Fantang poèmes mythiques des bergers peuls, Karthala – UNESCO – IFAN. Paris 1986.
  • Samba Demba Diadié Bah, Enregistrement à Ourossogui, ETS Yero vol.1

Partagez la publication
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur telegram
Partager sur whatsapp

Une réponse à “Le Fantang, hymne des pasteurs peuls”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles sur le même thème